Étiquettes

, , , ,

En 2011, se sont associés CrossKnowledge, N°1 en Europe de la formation à distance, Fēfaur, cabinet d’études et de conseil e-learning, et Ipsos, N°3 mondial des études de marché pour conduire le premier baromètre européen de l’e-learning[1]. La présentation des principaux résultats de cette étude met en avant les grandes tendances actuelles en termes d’e-learning.

On observe ainsi :

  Une intensification de l’utilisation du e-learning

100 % des entreprises, ayant fait l’objet de cette enquête, attestent la mise en œuvre de l’e-learning. Le Benelux et l’Espagne, avec respectivement 64% et 63%, sont les plus avancés dans l’introduction de la formation en ligne dans leur dispositif.

Les grandes entreprises comptant plus de 10 000 salariés détiennent une plus longue expérience dans ce domaine et représentent 68% de l’échantillon européen.

 Une préférence pour les thématiques à grande échelle

La maîtrise du temps et du coût constituent la raison principale du choix du e-learning dans les entreprises. Les marchés exposés à une forte concurrence et particulièrement les sociétés de service (43%) voient dans ce mode d’apprentissage, une solution pédagogique pour permettre de réduire le budget formation par stagiaire. Pour 45% des entreprises interrogées, il s’agit là du principal objectif de la formation en ligne. Ainsi, des thématiques telles que l’hygiène et la sécurité ou la conformité sont des sujets privilégiés car ils touchent un large public.

Les formations métiers sont les plus représentées avec un taux de 75% des entreprises utilisant l’e-learning dans ce champ de la formation. On note aussi l’émergence de nouvelles thématiques telles que le management, le leadership, la communication et le développement personnel. Cette évolution montre l’intérêt grandissant porté à « l’e-learning comportemental » et la confiance donnée à sa capacité à transmettre du « savoir-être »

Le retard de la France

17% des entreprises françaises (contre près de 40% pour le Royaume-Uni, l’Espagne et le Benelux) ont formé plus de 50% de leurs salariés en e-learning. Ce retard suggère une préférence pour les formations en présentiel et une difficulté dans l’appropriation du e-learning. Bien que la crédibilité de la formation à distance ne cesse de progresser, une certaine réticence est encore observée.

Des caractéristiques de l’e-learning encore peu exploitées

Cette prudence est probablement la raison pour laquelle le « blended learning » (alliance du présentiel et l’e-learning) remporte un tel succès.

Cette hypothèse est renforcée par le constat d’un manque  d’optimisation dans l’intégration de l’apprentissage à distance dans les dispositifs de formation. Le e-learning sans tutorat est encore prédominant et l’utilisation des espaces collaboratifs reste souvent à l’état de projet.

Ces différentes observations illustrent les grandes tendances de la pénétration de l’e-learning dans les entreprises européennes. L’utilisation de l’e-learning chez Arval s’intègre totalement dans le paysage que nous venons de décrire.

Publicités